lisière


lisière

lisière [ lizjɛr ] n. f.
• 1244; p.-ê. de l'a. fr. lis, forme masc. rare de 2. lice
1Bordure limitant de chaque côté une pièce d'étoffe, parfois d'une armure différente. 1. bande.
2Vx Bandes ou cordons attachés au vêtement d'un enfant pour le soutenir quand il commence à marcher. Loc. Littér. Tenir en lisière(s) : exercer une tutelle, un empire sur (qqn). « elle était tenue en lisières par la question d'argent » (Balzac).
3Mod. Partie extrême d'un terrain, d'une région. bord, bordure, limite. La lisière d'un champ, d'un bois. orée. Des lisières d'arbres.
⊗ CONTR. Centre, milieu.

lisière nom féminin (ancien français liste, bordure, du germanique lista, ou ancien français lis, féminin de lice, fil de trame) Bord, extrémité d'un lieu : La lisière d'un champ. Végétation, rideau d'arbres qui sont en bordure d'une forêt ; plantes qui croissent sur le bord d'un terrain. Bord longitudinal d'une pièce d'étoffe, parfois d'une armure différente et souvent d'une autre couleur que le reste de la pièce. ● lisière (expressions) nom féminin (ancien français liste, bordure, du germanique lista, ou ancien français lis, féminin de lice, fil de trame) Littéraire. Tenir quelqu'un en lisière(s), limiter étroitement la liberté de quelqu'un, le maintenir dans une étroite dépendance. ● lisière (synonymes) nom féminin (ancien français liste, bordure, du germanique lista, ou ancien français lis, féminin de lice, fil de trame) Bord, extrémité d'un lieu
Synonymes :
- démarcation
- orée

lisière
n. f.
d1./d Bord d'une pièce d'étoffe, de chaque côté de sa largeur.
d2./d Partie extrême d'une région (partic. d'une région boisée). Se promener en lisière d'un bois.

⇒LISIÈRE, subst. fém.
A. — Chacune des deux bordures d'une pièce d'étoffe, tissées parfois dans une autre armure que l'étoffe elle-même, parfois à chaîne doublée. Il avait imaginé le coup ingénieux d'acheter, pour ses confections, la soie chez son rival. De cette façon, c'était Mouret, ce n'était pas lui qui perdait sur l'étoffe. Il coupait simplement la lisière (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p. 578). Les pinces à lisière saisissent les bouts de duite dépassant sur chaque bord du tissu (THIÉBAUT, Fabric. tissus, 1961, p. 174).
Coudre en lisière. ,,Assembler par couture les deux bords d'un tissu`` (Lar. encyclop.).
1. En partic. Bordure de certaines pièces de drap employée pour tresser des chaussons. Pantoufles de lisière. L'un était maigre (...). L'autre noir de charbon, — un mécanicien sans doute — avait les cheveux en brosse, de gros sourcils, et des savates de lisière (FLAUB., Bouvard, t. 2, 1880, p. 31) :
1. Le pis qui pouvait arriver, c'était que Raboliot se fît cueillir par les gendarmes. Alors, il tirerait un mois à Sancerre, chauffé, nourri pour rien, fabriquerait des chaussons de lisière, et reviendrait la mine florissante, avec un pécule dans sa poche.
GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 118.
2. Étroite bande de tissu; ensemble de bandes d'étoffe, cordons attachés autrefois par derrière aux vêtements des petits enfants pour les soutenir quand ils commençaient à marcher. Conduire à la lisière. Les marmots nus qu'on porte ou qu'on mène aux lisières Seraient dans le danger moins bégayants que vous (HUGO, Légende, t. 6, 1883, p. 100). La voici, au bout des lisières, qui trottine sur ses jambes de poupée, lancée en avant, ou virant tout à coup, pareille à un joujou à ressort (BOYLESVE, Leçon d'amour, 1902, p. 40).
Au fig. ou p. métaph. Ce qui sert à soutenir, à retenir, à guider. Je vous demanderai encore qui a pu vous dire que je suis dans des chaînes fleuries? Et quel génie me vaut votre recommandation d'aller sans bourrelet, ni lisières, ni bonnes (BALZAC, Corresp., 1825, p. 269).
Locutions
Tenir qqn en lisières (Ac. 1935). Exercer un empire, une tutelle sur quelqu'un (d'apr. Ac. 1935). Dieu! il faudra toujours qu'on me pousse et il faudra qu'on me tienne toujours en lisière et je languirai dans une éternelle enfance (M. DE GUÉRIN, Corresp., 1829, p. 31).
Rompre ses lisières, sortir de ses lisières. Se dégager de ses liens, se libérer :
2. Tous les rêves s'étaient levés, abandonnés à leur libre vol. Servet racontait sa joie prochaine à sortir des lisières : — Je me lèverai à midi : j'aurai des matinées douillettes dans mon lit. Plus d'études, plus de devoirs.
ESTAUNIÉ, Empreinte, 1896, p. 23.
P. anal., rare. Étroite bande. Elle [la sole] peut diminuer encore bien davantage et se réduire à une mince lisière (E. PERRIER, Zool., t. 4, 1928-32, p. 3365).
B. — P. anal. et au fig.
1. P. anal.
a) Bordure, partie extrême d'un terrain, d'une région, d'un élément du paysage, en partic., d'une forêt (synon. orée); limite, frontière. À huit heures et demie du matin, la petite troupe suivait la lisière du canal (VERNE, Île myst., 1874, p. 127). Je fus chargé, à mon vif plaisir, de suivre la lisière est du bois, pour le cas où les écoliers fugitifs chercheraient à s'échapper de ce côté (ALAIN-FOURNIER, Meaulnes, 1913, p. 184) :
3. On approchait du village. On contournait le bois. A la corne du bois, soudain une forme de femme surgit à contre-jour. Le jeu des rayons la délimitait de lumière. Elle se dressait debout à la lisière des arbres, qui formaient un fond de hachures violâtres...
BARBUSSE, Feu, 1916, p. 65.
À la lisière de, sur la lisière de. Je restai fort tard à rôder sur la lisière du jardin et dans les terres avoisinantes, espérant toujours voir sortir quelqu'un de la maison fermée (ALAIN-FOURNIER, Meaulnes, 1913p. 296). Hier soir, gagnant seul le bord de la mer, j'au vu la plage, à la lisière des vagues, couverte des épaves d'un extraordinaire petit animal (GIDE, Journal, 1941, p. 75) :
4. On se trouvait là dans l'ancien Dunois, devenu aujourd'hui l'arrondissement de Châteaudun, entre le Perche et la Beauce, et à la lisière même de celle-ci, à cet endroit où les terres moins fertiles lui font donner le nom de Beauce pouilleuse.
ZOLA, Terre, 1887, p. 10.
Loc. Former lisière. C'était sur le haut d'un talus, un étroit pertuis dans la haie qui formait lisière, et par lequel Alcide avait accoutumé de passer vers six heures (GIDE, Immor., 1902, p. 447).
Arbres de lisière. Arbres qui matérialisent parfois l'extrémité d'une parcelle cultivée, d'un bois (d'apr. FÉN. 1970).
b) P. méton. Végétation qui pousse sur le bord d'un terrain, qui forme une bordure ou une bande étroite. Synon. bordure. À quelques pas de là s'étendoit une lisière de mimosa ou de sensitive (CHATEAUBR., Voy. Amér. et Italie, t. 1, 1827, p. 107). Une lisière de mousse bordait un chemin creux, ombragé par des frênes, dont les cimes légères tremblaient (FLAUB., Bouvard, t. 1, 1880, p. 98).
c) Lisière de glaces. ,,Ligne séparant, à un moment donné, la mer libre de la banquise, fixe ou dérivante`` (VILLEN. 1974). Enfin, nous retrouvons une mer plus libre et nous suivons vers l'ouest la lisière de la banquise, tandis que la brume, de nouveau, nous cache notre découverte (CHARCOT, « Pourquoi-Pas? » 1910, p. 343).
2. Au fig. et littér. Ce qui est à la limite (de quelque chose). Bien que sorti de l'oratoire, il [Du Guet] a gardé du moine. Il restera trente années durant sur la lisière du monde et de la solitude, ayant un pied dans l'un et un pied dans l'autre (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 5, 1859, p. 404) :
5. Si l'on essayait de (...) mettre [les auditeurs] d'accord, on arriverait bientôt à ce que j'appellerais la lisière de l'inexprimable, car les explications qu'ils donneraient resteraient toujours en deçà de ce qu'ils entendent.
GREEN, Journal, 1939, p. 231.
À la lisière de. Au bord de. Germaine était aussi mal que possible, de nouveau à la lisière du désespoir (DU BOS, Journal, 1927, p. 256).
Prononc. et Orth. : []. Ac. 1694, 1718 : lisiere, dep. 1740 : -ère. Étymol. et Hist. 1. 1244 « bord qui limite de chaque côté une pièce d'étoffe » (Doc. ds FAGNIEZ t. 1, p. 151); 2. a) 1521 « frontière d'un pays » (Doc. ds Papiers d'État de Granvelle, t. 1, p. 185); b) 1606 « bord d'un terrain » (NICOT); c) 1767-68 fig. « ce qui est à la limite de quelque chose » (DIDEROT, Salon de 1767, p. 195); 3. a) 1680 « bandes attachées au vêtement d'un enfant pour le soutenir quand il commence à marcher » (RICH.); b) 1752 mener (qqn) par la lisière « conduire (quelqu'un) comme on mène un enfant » (Trév.); c) 1798 mener (qqn) en lisière « exercer une tutelle sur (quelqu'un) » (Ac.); 1829 tenir en lisière « id. » (M. DE GUÉRIN, loc. cit.); 4. 1830 chaussons de lisière (La Mode, janv. ds QUEM. DDL t. 16). Orig. incertaine. Peut-être dér. de l'a. b. frq. lisa « ornière », que l'on suppose d'apr. le lituanien « plate-bande (d'un jardin) » et l'a. prussien lyso « id. (d'un champ) ». Cette forme lisa a dû exister à côté de l'a. b. frq. laiso, de la même famille que l'all. Gleis, Geleise « voie ferrée, ornière »; cf. a. h. all. waganleisa « ornière »; cf. aussi le norm. alise « ornière »; alisée « id. » (v. REW3 et FEW t. 16, p. 468b). L'hyp. du FEW t. 5, pp. 313b-314a, qui dérive lisière du subst. masc. lis (du lat. licium « lisière d'étoffe »), est peu probable, ce dernier étant plus récent que lisière (1380, « grosses dents aux extrémités d'un peigne de tisserand », Ordonnances des rois de France, t. 6, p. 473, v. aussi note b; puis, au XVIIIe s., au sens de « lisière d'une étoffe », v. FEW t. 5, p. 312b). Fréq. abs. littér. : 756. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 662, b) 1 540; XXe s. : a) 1 123, b) 1 148. Bbg. QUEM. DDL t. 4, 16.

lisière [lizjɛʀ] n. f.
ÉTYM. 1244, orig. incert.; p.-ê. (Wartburg) du moy. franç. lis (→ 2. Lis), attesté seult XIVe; ou du francique lisa « ornière », d'existence douteuse à côté de laiso (all. Gleus); Guiraud suggère, très hypothétiquement, un dér. du lat. litus « rivage, bord ».
1 Bordure limitant de chaque côté une pièce d'étoffe et qui est soit d'une autre armure, soit à chaîne doublée. Bande. || Lisière d'un tissu différent, d'une couleur différente. || Largeur d'un drap entre les lisières. Laize, lé. || Lisière ornée d'un liseré. Liserer. Par ext. Bande étroite de tissu. || Boucher une fente avec une lisière. Calfeutrer.
(1830, in D. D. L.). Étoffe rude, en bande étroite, utilisée pour tresser des chaussons. || Chaussons, savates de lisière, en lisière.
1 (…) la servante Arthémise, traînant nonchalamment sur les carreaux ses savates de lisière, apportait les assiettes les unes après les autres (…)
Flaubert, Mme Bovary, II, II.
2 (1680). Vx. Bandes ou cordons attachés au vêtement d'un enfant pour le soutenir quand il commence à marcher (→ Bourrelet, cit. 1).
2 Vous voudriez que je prisse, pour m'aller promener, le bras de ma femme de chambre, ou d'une bonne. Ce serait apparemment pour m'empêcher de tomber, et les lisières m'étaient nécessaires dans mon enfance (…) mais j'ai dix-sept ans et je sais marcher (…)
G. Sand, Lettre, 18 nov. 1821, in A. Maurois, Lélia, I, V.
(1752). Par métaphore ou fig. (surtout dans des loc.). Ce qui sert à guider, à soutenir, à retenir… (→ Bâillon, cit. 2). || Se diriger, marcher sans lisières, sans secours étranger.Mener par la lisière; tenir par les lisières (fin XVIIIe); tenir à la lisière (vx), par la lisière; (1829) tenir en lisières : diriger, mener, exercer une tutelle, un empire sur…
3 Nous sommes des enfants qui essayons de faire quelques pas sans lisières (…)
Voltaire, le Philosophe ignorant, XIV.
4 Un gouvernement nouveau est un enfant qui ne peut marcher qu'avec des lisières.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. V, p. 291.
5 Par moments, elle (Dinah) se secouait; elle voulait prendre une résolution virile; mais elle était tenue en lisières par la question d'argent.
Balzac, la Muse du département, Pl., t. IV, p. 73.
Vx. Rompre ses lisières, sortir de ses lisières : s'affranchir.
3 (Mil. XVIe). Partie extrême (d'un terrain, d'une région). Bord, bordure, extrémité, limite. || La lisière d'un champ. || Les lisières d'un pays, d'une région ( Frontière).Lisière d'un bois, d'une forêt. Orée (→ Compagnie, cit. 16; fouillis, cit. 3). || Lisières d'arbres. || « Une haie qui formait lisière » (Gide).Spécialt. || Arbre de lisière. — ☑ Loc. (plus. cour.). À la lisière, sur la lisière de…
6 L'allée nous conduisit à la lisière du bois, qu'un fossé séparait de la plaine, où erraient des vaches et des chevaux en liberté. Nous revinmes sur nos pas et nous rentrâmes au château.
Th. Gautier, Voyage en Russie, I, III.
Bordure de végétation. || Une lisière d'arbustes, de houx.
Spécialt. Ligne séparant la banquise de la mer libre.
Fig. Limite. || « La lisière de l'inexprimable » (J. Green, in T. L. F.). || À la lisière de la solitude, du désespoir.
7 Peut-il exister en dehors des divers systèmes politiques, aux confins des doctrines qui se combattent et se font la guerre, un terrain plus ou moins neutre, une sorte de lisière, où l'on est bien venu à errer un moment, à rêver (…)
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 13 oct. 1851.
CONTR. Centre, milieu.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Lisiere — Lisière Une lisière est une limite entre deux milieux, dont l un est généralement forestier, par exemple entre une forêt et une prairie, une clairière, une plage. La lisière présente des conditions climatique et écologique particulière. Elle est… …   Wikipédia en Français

  • lisière — 1. (li ziè r ) s. f. 1°   Ce qui forme le bord d une étoffe dans le sens de la longueur, ou, ce qui est la même chose, dans le sens de la chaîne ; ce bord est plus serré que le reste de l étoffe. Lever les lisières d un drap. Dans quelques… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • lisiere — LISIERE. s.f. L extremité de la largeur d une toile, d une estoffe. La lisiere d une toile. la lisiere d une estoffe. la lisiere de cette toile est trop lasche. la lisiere des estoffes est ordinairement d un autre tissu & d une autre couleur que… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Lisiere — Lisiēre (frz. lisière), Einfassung, Saum, Waldrand …   Kleines Konversations-Lexikon

  • lisiere — Lisiere, f. penac. Est le bord d un drap soit de laine ou de soye qui n est du corps du drap, et va des deux lais du long de la piece, Ora, Et par translation, toute extremité d autre chose d estendue, comme, les lisieres d un Royaume, pays et… …   Thresor de la langue françoyse

  • Lisière — (fr., spr. Lisiähr), Einfassung, Saum …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Lisière — (franz.), Saum, Salleiste; Rand eines Waldes, Rain eines Feldes …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Lisière — Une lisière est une limite entre deux milieux, dont l un est généralement forestier, par exemple entre une forêt et une prairie, une clairière, une plage. La lisière présente des conditions climatiques et écologiques particulières. Elle est pour… …   Wikipédia en Français

  • LISIÈRE — s. f. Ce qui termine des deux côtés la largeur d une étoffe ; la partie où la trame s est bouclée par le retour de la navette sur elle même. Dans quelques étoffes, la lisière est d un autre tissu et d une autre couleur que le fond. Lisière rouge …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • LISIÈRE — n. f. Ce qui termine des deux côtés la largeur d’une étoffe; la partie où la trame s’est bouclée par le retour de la navette sur elle même. Dans quelques étoffes, la lisière est d’un autre tissu et d’une autre couleur que le fond. Lisière rouge,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.